Nous descendons de la famille BOSSART par le mariage de Marguerite Nicolaï BOSSART (1205) avec Simon Josué le KAISIN (1204).
La famille BOSSARD du VERGER et BOSSARD du CLOS, porte comme armes : d'argent à trois croissants de sable accompagnés en chef d'un frêne arraché de sinople.
La famille BOSSARD, honorablement connue en Bretagne, descend de Jean BOSSARD, sieur de la Fresnay, en la paroisse de Saint-Gilles, et du Clos, près de Rennes, procureur au Parlement de cette ville, marié à Jacquette AULNETTE, qui fut anobli par lettres patentes en 1641. Le Parlement refusa d'enregistrer ces lettres remontrant au Roi que l'anoblissement d'un simple procureur était préjudiciable au public. Jean BOSSARD, sieur du Clos, dit DUCLOS-BOSSARD, fils du précédent, né à Rennes en 1603, avocat du Roi au siège présidial de sa ville natale, président du Tiers-État aux Etats de 1665, n'en fut pas moins maintenu dans sa noblesse par arrêt de la Chambre de réformation du 8 janvier 1671, bien qu'un édit de 1664 eût révoqué tous les anoblissements concédés depuis 1611 ; il mourut en 1687 ayant eu vingt trois enfants de deux unions successives. L'aîné de ses fils, Jacques BOSSARD, sieur du Clos et de Verrières, baptisé en 1639, avocat du Roi au présidial de Rennes, syndic du maire de cette ville, marié à Louise DOUET, continua la lignée. Un BOSSARD du CLOS prit part à l'époque de la Révolution à l'insurrection de la chouannerie.
Clément BOSSARD, né à Rennes en 1763, décédé en 1833, fut longtemps directeur du Grand Séminaire de Grenoble. Il fut l'oncle de Pierre BOSSARD du VERGER, reçu en 1836 docteur en médecine, et grand-oncle d'Eugène BOSSARD du CLOS, né au Verger en I806, prêtre, professeur à l'Ecole de la rue des Postes, à Paris.